La commune du grès

La commune du grès

L'origine du nom de Gressey, c'est le mot latin « gresiacum » (grès), en rapport avec d’importants gisements de grès sur la commune.

Il n’existe sur la commune aucune trace d’occupation gauloise ou romaine à l’exception d’un menhir, détruit en 1823, situé au lieu-dit des Pâtures, connu sous le nom de « pierre du Mont-Bergeon ».

Au milieu du XIIIe siècle, le territoire de Gressey est partagé entre deux seigneurs, les Gressey et les Brunel. En 1530, Louis Hallé, écuyer, est seigneur de Gressey-Hallé. En 1635, la seigneurie passe à Pierre Pinson. Au XVIIIe siècle, Michel Vialard, ambassadeur en Suisse, en devient propriétaire.
 
En 1870, les Allemands, furieux d’avoir perdu des hommes aux environs de Berchères-sur-Vesgre, fusillent 6 habitants de Gressey dans un champ près du hameau de la Mare.
 
 

Eglise de Gressey

 
 
 
L’église Saint Pierre, du XIIe et XIVe siècles, est dotée d’un chevet plat. Cette église romane, agrandie au XIVe siècle, est constituée d’un seul vaisseau divisé en deux parties -nef et avant nef-, couvertes par une voûte lambrissée en berceau brisé, soutenue par des entraits.
Ces derniers sont sculptés de figures grimaçantes qui s’inscrivent dans la tradition médiévale. Un tableau représentant la mort de Saint-Louis orne le fond de l’église. La cloche, baptisée « Michel », est de 1669.
 
 
 


 
 Manoir et ferme de Brunel
Au hameau de Brunel, on peut remarquer le manoir de Brunel et sa chapelle du XVIe siècle.